Au coeur de Psyché

L’Individu reçoit l’impensable. Tout, déformé en fictions, par chacune de ses quatre formes de perceptions. Les pensées sont des déformations intellectuelles du Tout. Les sentiments sont des déformations émotionelles du Tout. Les désirs sont des déformations instinctives du Tout. Les besoins sont des déformations corporelles du Tout.

Ces quatres déformations primaires sont à leur tour déformés par la folie du mental qui, se prenant pour le réel, créer quatre objets de désir. Les besoins aspirent à avoir toute la santé et l’argent du monde. Les désirs aspirent à avoir tout les plaisir du monde. Les sentiments aspirent à avoir tout l’amour du monde. Les pensées aspirent à avoir toute la connaissance et la reconnaissance du monde.

L’Individu conscient accepte que l’objet véritable de son intellect est la connaissance du Tout, que l’objet véritable de son émotion est l’union avec le Tout, que l’objet véritable de son désir est la dissolution dans le Tout et que l’objet véritable de son besoin materiel est l’union de toutes les parties. Et c’est ainsi que l’Individu qui se libère de son mental dément comprend que l’unique objet possible de désir est lui-même, étant donné que, bien qu’il ne soit pas le Tout, le Tout est lui.

Entrer en sois-même pour dispâraître dans le réel est l’essence du désir.

Alejandro Jodorowsky, L’Echelle des Anges

ou l’art de penser….

novembre 26th, 2011 at 11:10  |  Commentaires (2) | Permalink

J’ai su que j’allais mettre au monde une petite princesse bénis d’amour et de joie, petite chérie que je chérie tant !

Petite puce que j’ai considéré comme un garçon pendant ces cinq dernier mois, parce que je n’ai pas fait le deuil de Hugo, je m’en veux un peu et je ferai de mon mieux pour t’épargner de mes soucis…

Reste au chaud ma douce, le temps qu’il faudra et sache que je t’attends avec impatience. T’avoir dans mes bras me fais rêver

Ton prénom restera sercet jusqu’à ta naissance, il n’y a que toi et moi qui le sait ;)

novembre 22nd, 2011 at 6:55  |  Réagir | Permalink

Quelle chance se serait que tout le monde ai conscience de sa mission…

Je vous souhaite à tous d’être Heureux.

novembre 21st, 2011 at 2:48  |  Réagir | Permalink
novembre 20th, 2011 at 11:14  |  Réagir | Permalink


Le Karma c’est ce qu’on peut appelé aussi “loi du mérite”. Il s’adressent aux Ego au premier abord, aux enfants en d’autre terme car avant de s’unir avec son Ego, nous sommes des enfants qui se prennent pour des grands ! Observez vos réactions et admettez, ca ne coûte rien :) “je suis le meilleur j’ai gagné (youpi !)” ou ” Personne ne m’aime j’en veux à tous le monde” ect …

Le Karma dit: Si tu es bon, il t’arrivera de bonnes choses dans ta vie.

Traduction=  Si tu es gentil tu auras un bonbon

Si tu fais des mauvaises choses, il t’arrivera des malheurs.

Traduction= Si tu es méchant tu seras punis

Nous pouvons épurer notre Karma, qu’il soit bon ou mauvais, en pardonnant. En ce pardonnant à sois-même, à ce petit-moi qui vous mène par le bout du nez et qui ne veut pas grandir, ah l’Ego !

Et j’ai envie de rajouter que pour aimer les gens il faut aimer les enfants :)

 

novembre 18th, 2011 at 12:07  |  Réagir | Permalink

Il m’aura fallu 11 jours, un gros coup de blues, des espoirs plein la tête, une escapade en montagne, 1 verre et demi de vin blanc et un joint pour réaliser que je n’ai pas besoin de lui.

Je n’ai besoin que de moi et de moi-seule, que la source d’Amour éternelle que je chéris tant n’est pas à l’extérieur mais en Moi.

novembre 17th, 2011 at 12:06  |  Réagir | Permalink

Voila 8 jours qu’il m’ignore.

Pas un mot, pas un signe, rien depuis que l’on s’est vu. Je me dis qu’il vaut mieux laisser tomber car il m’obsède et ce n’est vraiment pas vivable, ca fait mal ! Pourquoi ne jamais m’avoir donné la moindre explications? C’est un mystère… au fond de moi j’espère encore, j’ai encore des attentes et c’est plus fort que moi..

Je le sens s’éloigner petit à petit mais la petite flamme scintille toujours un peu, elle s’affaiblit mais ne veut pas s’éteindre…  Est-ce si dur pour un homme libre de tomber amoureux? Est-ce si intolérable? Pourquoi avoir peur de l’Amour ? Mais on dirait qu’il s’agit plus de la peur de l’abandon, cette foutue peur de l’abandon encore toi !

L’Amour ne nous abandonne jamais les amis,  la Vie est la vibration d’Amour, gardons la foi et soyons Amour, tout simplement

novembre 13th, 2011 at 7:47  |  Réagir | Permalink

Tout va bien et rien ne va plus à la fois.

Je me sens partager, mourir ou vivre, après tout où est la différence ?

je suis amoureuse d’un homme qui me fuit, ma mère n’est pas là comme elle n’a jamais été là. Je suis seule, sans soutient, pas une épaule sur laquelle je peux me reposer un peu, je n’ai que moi et moi même.

Que faire avec tous ces soucis?

Puisque je ne contôle en rien ma vie, mon destin, comment faut il le prendre? comment me guérire de toutes ces souffrances? Accepter, pardonner, effacer ? Ce n’est pas si simple que ça et croyez moi il n’y a pas d’épreuves sans larmes.

Ma vie n’est pas simple, rien n’est simple dans ma vie. Les soucis s’enchaînent malgré ma volonté de m’en débarrasser. Je culpabilise pour oui pour un non, j’ai honte, je me fais des film et des scénarios, parfois bons et parfois mauvais. Mais je ne peux fuir ma réalité car je ne décide en rien de mon chemin. Écoutes et tais toi.

La vie n’est pas tendre avec moi, elle en a le droit je crois mais au combien c’est dur d’accepter son sort.

Et samedi? pourquoi ? c’était trop beau pour être vrai. Je n’ai donc pas le droit d’aimer et d’être aimé en retour? Pourquoi m’avoir laissé l’occasion de vivre se bonheur si c’est pour le pleurer deux jours après?

Je me dis que c’est injuste, que cette satané loi du mérite est une connerie fondamentale, parce que pour moi ce n’est pas ca l’amour. Je croyais que l’Amour était plus grand, plus beau, plus vrai… Je suis amoureuse de lui et putain ce que ca fait mal d’etre amoureux quand il n’y a pas de retour. J’aurai préféré ne jamais le voir, ne jamais avoir vécu ce qu’on a vécu. C’est trop cruel, c’est pas humain .

C’est donc ça l’Amour? En souffrir pour connaître sa vrai valeur ?

Je veux rentré à la maison, je veux revenir sur le chemin du retour

novembre 8th, 2011 at 2:11  |  Réagir | Permalink

… et plein d’amour

octobre 2nd, 2011 at 5:29  |  Réagir | Permalink

Je ne sais pas ce que je fais, je ne sais pas moins où je vais.

Je suis enceinte pour la première fois de ma vie et c’était un accident. Je ne l’ai pas eu avec l’homme de ma vie et encore moins avec Jo. Mes idéaux font mes illusions. Que dire de plus. Je ne veux pas avorter même si parfois je pense que ça m’arrangerais. Mais non, je ne le fais pas. Pourquoi garder un enfant non désiré et de surcroît dont le père n’est pas celui que j’aurai souhaité ?

J’ai un tas de « bonnes » raisons de ne pas garder cet enfant. Mais je me sens déjà lié à lui depuis le début.

Je crois sincèrement que tout ce que je fais c’est par amour, si j’avorte je ne le ferai pas par amour, par amour de mon indépendance ? de ma liberté ? par amour de mon égo ? si je le fais à contre cœur ? que se passerait il ?

La seule chose qui me fait dire que je le garde, c’est seulement par amour. Pour l’Amour, à l’Amour…… c’est ma seule raison de le garder.  Au fond de moi j’ai le sentiment que je ne fais pas d’erreur même si tout autour de moi me montre que si.

 

Existe-t-il un bon ou un mauvais chemin ? Peut on se louper même en pensant faire le «bon » choix ?

Je n’ai plus envie de me poser mille et une questions, j’ai seulement envie d’écouter mon cœur, et mon intuition. Les questions entrainent toujours plus de questions que de réponse. Parce que je crois qu’il n’y a qu’une réponse pour chaque question. Je ne parle pas sur le plan matériel, physique mais je parle de quelque chose de plus subtile et plus profond à la fois, ce quelque chose que nous abritons tous au fond de nous, au fond de chaque être humain. La matière n’est qu’illusion, elle est uniquement là pour nous mettre des barrières pour par la suite nous permet de comprendre ce quelque chose de mystique en nous.

 

Je suis persuadée, et je dis ça en toute prudence, que malgré tout, tout ira bien. Penser le contraire me gêne, non pas que je ferme les yeux dessus, je connais bien les conséquences d’élever un enfant dans de mauvaises conditions, je connais les répercutions mais pour ma part, élever un enfant sans responsabilités et sans amour, feront que les conditions seront mauvaises.

 

Je ne crois pas qu’il faut être plein aux as et avoir les meilleures conditions matérielles pour bien élever un enfant, je dis juste que si toutes ces choses qu’espèrent aux parents de remplacer l’amour qu’un enfant a en priorité besoin, cet enfant pensera toute sa vie qu’il a été élevé dans de mauvaises conditions.

 

Peut être que je ne sais pas encore vraiment ce que c’est que d’avoir la responsabilité d’un enfant, certes, mais je le pense avec le cœur.

 

Alors je parle à toi, la Arménie qui sera maman en avril 2012, que tous ce que je dis là je le pense sincèrement et que si je ne le pense plus à ce moment sacré de ma vie, c’est que j’aurai oublié qui je suis et d’où je viens.

 

 

Mon enfant, tu ne manqueras pas d’amour. L’amour entraîne toutes choses, ou mieux, toutes valeurs.

L’amour comprend l’éducation et les valeurs qui pour moi sont essentielles telles que le respect, le partage, l’empathie, puis viens la tolérance et l’écoute et vient le détachement J’ai encore de mon côté, bien des choses à apprendre pour appliquer et intégrer ces valeurs.

Je ne sais pas encore si je montrerai l’exemple à mon enfant mais je ferai de mon mieux. Bien que je m’interdise de promettre quoi que ce soit …

 

Je ne veux plus baisser les bras à chaque barrière qui m’empêche d’aller là où je souhaite être. Je ne veux plus être faible car une maman ce doit d’être solide. Je ne ferai pas de mon enfant ce que ma mère et mon père ont fait de moi.

Je me réaliserai telle que moi je le souhaite, je veux éviter à mon enfant un fardeau, le fardeau de se dire tous les jours qu’il est trop dur de vivre et qu’en vains tout espoir est perdu. D’aimer et d’être aimé.

 

L’Amour m’a retenu, il m’a sauvé bien des fois. D’où venait cet amour ? De qui venait-il s’il venait de quelqu’un ? Certainement pas de mes parents et encore moins de moi même car ce n’est qu’aujourd’hui que je parviens à avoir un peu d’amour propre. Dans ces moments là, j’étais incapable de me faire le moindre de mal pour parvenir à mes fins. J’étais faible. Et sans appuis réels. Seule ma soif de vivre encore m’en en empêchait. Au fond de moi je sentais cette force qui me parlais, qui me disait non tu ne peux pas partir maintenant car tu as encore tant de choses à vivre tu connaîtras de merveilleuses choses dans ta vie.

Alors pendant longtemps, cette petite phrase m’a fait tenir. Même si, je l’admets sans honte et aisément, mon passé et les coups durs que j’ai vécu n’ont pas fait de moi quelqu’un de fort.

Je m’inventais de tas d’ambitions ce qui me permettais de m’évader ailleurs, c’est pour ça que je restais. Aujourd’hui c’est toujours un peu le cas, je continue à fuir ma réalité car oui, il n’y a pas que l’ailleurs qui compte mais le monde physique aussi à son importance. Apprendre à garder les pieds sur terre après tant d’années de rêveries et d’illusions, c’est pas simple.

 

Cet enfant je le garde aussi pour ce genre de raison. Il est là pour me raisonner et pour m’apprendre. J’ai besoin de lui et la vie me l’a fait savoir. Mais suis-je faible à ce point pour « avoir besoin » d’un enfant pour arriver enfin à me réaliser ? oui il sera ma force… et oui on a tous le besoin de se raccrocher à quelque chose pour parvenir à nos fins…. Je ne veux pas croire que je puisse être dépendante de mon enfant, réflexion absurde certes mais c’est quand même merveilleux, un enfant. Moi quand je les vois, ils me font sourire, ils me font rires et même pleurer, j’ai envie de les protéger et de leur apprendre un tas de choses. Tous les enfants sont mes enfants. Est-ce un leurre ??

 

Alors si chacun d’entre nous trouve ça force, quelle que soit sa forme, qu’elle soit d’ordre matérielle ou spirituelle, pour qu’elle fasse de nous se qu’on veut être, j’accepte ce que la vie m’a apporté. Cet enfant sera ma force. Et il trouvera la sienne en grandissant. Après tous, petits ou grands, nous avons tous besoin des uns des autres pour s’élever, laissons notre égo altéré de côté, il ne nous aidera pas à avancer.

 

Nos parents sont nos seuls exemples jusqu’à ce qu’on trouve la force de se réaliser sois même. Nous nous basons sur eux, nous basons notre personnalité sur ce qu’ils sont et ce qu’ils font et nous oublions que nous sommes des êtres à part entier. On pense que nous faisons partie intégrante de ce qu’ils sont, en voilà une belle erreur pour ne jamais être sois même….

 

On ne cherche rien, on trouve.

août 28th, 2011 at 12:16  |  Commentaires (2) | Permalink

Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 26 articles | blog Gratuit | Abus?